Vous êtes ici : Accueil > LUTTES EN COURS > SEINE-MARITIME > Solidarité avec les enseignant-e-s des Bruyères
Par : webmestre
Publié : 2 décembre 2017

Solidarité avec les enseignant-e-s des Bruyères

L’équipe pédagogique des enseignant-e-s du lycée des Bruyères a exercé son droit de retrait jeudi 30 novembre à la suite d’un grave incident survenu avec un élève. Cet incident a joué le rôle d’événement déclencheur, et fait suite à de multiples incidents et problèmes de gravité diverse qui ont eu lieu depuis la rentrée scolaire.

Par cet acte unanime et fort, les enseignant-e-s attirent l’attention de leur hiérarchie sur une situation devenue intenable au sein de l’établissement. Ils et elles dénoncent notamment le manque d’encadrement adulte, les effectifs lourds au regard du public accueilli, le manque de soutien et de communication de la part de la direction peu présente sur le terrain.

Le climat est devenu explosif. De nombreux professeurs sont en grande souffrance ou en arrêt de travail. Ils ne sont pas toujours remplacés, parfois depuis octobre dernier. Quand ils le sont, les jeunes collègues envoyés ont à gérer des situations très délicates qui les mettent eux-mêmes en danger. Par ailleurs, le nombre d’assistants d’éducation est insuffisant au regard de la taille de l’établissement.

Après une entrevue au rectorat le jeudi en fin d’après-midi, les collègues, n’ayant pas obtenu de réponses satisfaisantes, se sont mis en grève aujourd’hui vendredi 1er décembre, et ce jusqu’à lundi inclus.

Il faut donc, face à l’urgence, plusieurs postes pérennes d’assistants d’éducation et le remplacement immédiat des enseignants absents. Ce signal d’alarme est à prendre très au sérieux par le rectorat. Il est le symptôme criant d’un double discours des autorités. Comment lutter contre le harcèlement à l’école en laissant des pans entier d’un établissement sans surveillance (c’est à dire sans présence, écoute, aide) ?

Comment lutter contre l’échec scolaire en ne remplaçant pas les enseignants absents ?

Comment recruter de nouveaux collègues, en leur proposant des conditions de travail intenables ?

Le syndicat SUD Éducation 76/27 apporte tout son soutien à ces collègues en grève.

Rouen, le 1er décembre 2017.