Vous êtes ici : Accueil > CHAMP PROFESSIONNEL > 2nd DEGRE > Déclaration de SUD Educ à la CAPA certifiés hors classe du 1er juillet (...)
Par : webmestre
Publié : 1er juillet 2013

Déclaration de SUD Educ à la CAPA certifiés hors classe du 1er juillet 2013

Un an a passé depuis la dernière CAPA Hors Classe, un nouveau gouvernement a été élu, qui annonçait des « changements » et pourtant peu a été remis en question. Nous nous retrouvons donc de nouveau face à cette échéance de promouvoir des collègues à ce système inique qu’est la Hors Classe.

Depuis sa création, SUD Éducation n’a pas cessé de dénoncer cette nouvelle caste, étape supplémentaire dans la hiérarchisation des personnels enseignants et CPE et l’application d’un salaire « au mérite ».

La Hors Classe est l’écran de fumée qui cache l’absence de revalorisation de l’ensemble des traitements des personnels et a renforcé l’arbitraire et l’injustice de la progression de carrière de la grande majorité des collègues.

En faisant miroiter à certains collègues un plus dans la progression de leur rémunération à laquelle toutes et tous aspirent légitimement, on laisse sur la touche des centaines de milliers qui n’y gagnent rien et qui n’y gagneront peut-être jamais rien, car n’a pas accès à la Hors Classe qui veut !

SUD Éducation dénonce tout autant la pratique des classements au « Grand Choix », « Choix » et « Ancienneté » et les grilles indiciaires qui traduisent les inégalités salariales et ne reposent que sur la volonté de diviser les personnels et de les voir s’affronter par l’intermédiaire des corporatismes syndicaux.

SUD Éducation dénonce, à l’égard des femmes occupées par les maternités, une discrimination que tout ce système inégalitaire entretient.

SUD Éducation dénonce le renforcement du pouvoir des chefs d’établissement et des inspectrices et inspecteurs. Le refus d’inspection auquel nous n’appelons pas, car il reste un acte individuel, mais pour lequel nous apportons notre soutien, est un droit. Pourtant c’est un droit qu’on n’a pas intérêt à utiliser, sous peine de se voir lourdement sanctionné-e par un avis « défavorable » des corps d’inspection suivi d’un deuxième par le Recteur. Ces comportements punitifs font alors barrage à toute évolution de carrière, hormis l’avancement à l’ancienneté, alors que le refus d’inspection n’induit nullement une déficience pédagogique, les avis devraient donc être neutres. La punition vaut aussi pour l’attribution de certains postes spécifiques.

SUD Éducation dénonce les quotas, ainsi que le mépris envers notre profession : les formations initiale et continue qui devraient leur permettre d’être toutes et tous considérés « Au Grand choix » n’ont jamais existé. Tout ce qu’ils reçoivent, c’est une sanction financière s’ils ne sont pas dans le bon créneau dont la hiérarchie, employeur et juge, a défini les limites. La solidarité que l’État devrait exercer envers ses agents qui sont des partenaires de service public n’existe pas. Pire, on voit s’intensifier la logique de compétition et de concurrence entre les personnels.

Et qui pendant ce temps-là se préoccupe de l’intérêt majeur des élèves qui doivent pouvoir bénéficier de professionnels épanouis et épanouissants ?

SUD Éducation rappelle son attachement au corps unique de la maternelle à l’université, à une progression de carrière égalitaire et harmonieuse pour tous les collègues et à une formation, initiale puis tout au long du parcours professionnel, de qualité et non au rabais comme c’est le cas actuellement.

SUD Éducation dénonce la suppression nationalement de 2 000 Équivalents Temps Plein d’assistants d’éducation et assistants pédagogiques prévue pour la rentrée 2013.

S’il s’agit de motiver davantage les personnels, qu’on donne d’abord à ceux-ci les moyens d’exercer leur mission d’intérêt général en créant les milliers de postes de titulaires indispensables (enseignants, personnels de Vie Scolaire, d’Orientation et de service), en cessant de précariser chaque année davantage de personnels, et en en finissant une bonne fois pour toute avec la baisse continue de leur pouvoir d’achat.

SUD Éducation revendique une revalorisation des traitements de tous les fonctionnaires, excepté pour certains hauts-fonctionnaires déjà bien servis, de 300 euros mensuels et ce dès maintenant.