Vous êtes ici : Accueil > LUTTES SOLIDAIRES > RESF / SANS PAPIERS > MALADRERIE
Par : webmestre
Publié : 28 octobre 2012

MALADRERIE

En pièce jointe le communiqué de presse des travailleurs sociaux et des soutiens occupant la Maladrerie.
La juge donne un délai de 5 mois aux occupants avant l’expulsion, ce qui correspond à la fin de la trêve hivernale. (fin mars)
C’est
une victoire dans la reconnaissance de la nécessité des familles à être
hébergée, à contrario de la préfecture, qui les laisse sans solutions.
C’est de la dignité retrouvée pour ses familles dans leur requête en justice.
C’est un aveu d’échec des missions de l’Etat.
Cependant,
nos intentions ne sont pas de se substituer aux pouvoirs publics :
depuis le 15 juin, nous faisons fonctionner un centre d’hébergement qui a
fermé, l’État a ainsi économisé à peu près 300 000 euros.

Qu’adviendra-t- il des familles hébergées à la Maladrerie ?

Qu’en est-il pour toutes les familles à la rue ?

(40
places en moins à Bazzire, x places en moins à Adoma, des expulsions
locatives qui s’intensifient avant l’approche hivernale)

Nous
restons et resterons mobilisés jusqu’à ce que des solutions concrètes
soient apportées et aux familles, et dans les structures dans lesquelles
nous travaillons.

Documents joints